Facebook

Twitter

 
 
 

      Facebook AOF - Association des Optométristes de France   Twitter AOF - Association des Optométristes de France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

L'OPTOMETRIE - FORMATION

 

 

 

 


 

Quelle formation pour les Optométristes en France ?

 

La formation pour les optométristes français suit le schéma : BTS, Licence, Master, Diplôme Européen

 

L’Association des Optométristes de France et les instances internationales (W.C.O. et E.C.O.O.) reconnaissent comme Optométristes les professionnels ayant validé une formation de niveau Master.

 


 

D’abord le BTS Opticien-Lunetier.

 

Les étudiants qui préparent le BTS Opticien-Lunetier proviennent en très grande majorité d’un Baccalauréat Scientifique.

 

Le Brevet de Technicien Supérieur Opticien Lunetier (BTS OL) est un diplôme paramédical, de professionnel de santé.

 

La répartition des coefficients par matières se fait de la façon suivante :

  • - Epreuves professionnelles : coefficient 10
    Examen de vue et prise de mesure et adaptation / Contrôle d’équipement et réalisation technique / Activité en milieu professionnel.
  • - Système Optique : coefficient 8.
    Mathématique / Optique géométrique / Optique physique / Etude technique des systèmes optiques.
  • - Analyse de la vision : coefficient 6.
  • - Economie et gestion de l’entreprise : coefficient 5
  • - Culture générale et expression : coefficient 2
  • - Langue vivante étrangère : coefficient 2

Le Brevet de Technicien Supérieur est une formation qui se fait en 2 ans dans un institut supérieur. A la fin de cette formation, les étudiants cumulent 120 ECTS :

    • - 73% du diplôme concerne l’œil, la vision et les sciences de l’optique.
    • - 15% concerne l’économie et la gestion d’entreprise.
    • - 12% concerne les langues vivantes.

 

LE BTS, DES ÉVOLUTIONS NÉCESSAIRES ET URGENTES :

 

Si la surenchère d’offres commerciales proposées par les opticiens tend à exacerber l’aspect commercial de la profession, il semble important de rappeler qu’aujourd’hui la formation est orientée en grande majorité sur l’aspect paramédical.


Lorsque l’on interroge les élèves de premières années du BTS, tous disent avoir choisi ce métier en partie pour l’aspect santé, d’ailleurs un grand nombre d’étudiants est passé par les facultés de médecine ou de pharmacie auparavant.


Le jeune diplômé du BTS OL subit parfois une désillusion en arrivant sur le marché du travail. On lui avait promis un métier qui allierait santé et commerce, et il se retrouve dans une situation ou l’image paramédicale est dégradée.


Les opticiens qui souhaitent valoriser l’aspect « professionnel de santé » et développer leurs compétences paramédicales choisissent alors de s’engager dans la voie de l’optométrie. Ils le font en toute connaissance de cause, la législation étant au programme du BTS. Au vu des contraintes d’exercice, c’est forcément un choix passionné, la raison et le choix de carrière étant de poursuivre en école de commerce.


L’Association des Optométristes de France milite pour compléter la formation des opticiens en santé, et imposer le niveau Licence comme le niveau minimum de formation, pour deux raisons :

  • - Revaloriser l’aspect professionnel de santé et compléter les compétences qui font défaut aux actuels opticiens, passage au niveau Licence.
  • - Réguler le nombre de diplômés : l’explosion du nombre de diplômés actuels n’est absolument pas en adéquation avec les perspectives d’emploi des opticiens ces prochaines années.

Depuis 2008, l’état a entamé la réingénierie des diplômes des paramédicaux, qui s'inscrit dans l'intégration au processus LMD (Licence-Master-Doctorat). Si les orthoptistes se sont vus offrir un niveau Licence en 2013, les opticiens attendent toujours leur tour. Ils font partie des dernières professions paramédicales à ne pas avoir eu leur réingénierie.

 

Nous craignons que certains syndicats d’opticiens, qui représentent les intérêts de patrons ou les enseignes, freinent les évolutions nécessaires de la formation des opticiens, dans le but de maintenir une main d’œuvre à bas coût.

 

Les opticiens répondaient récemment à une enquête :  (Acuité)

- 69% d'entre eux se disent favorables à un BTS en 3 ans, avec une formation améliorée sur les aspects techniques. 

- 18% se disent favorables à un BTS en 3 ans, avec une formation améliorée sur les aspects commerciaux.

- 13% estiment que « la formation actuelle suffit à exercer correctement les différentes tâches du métier ».

- 60,1% sont favorables à une formation en milieu médical et estime que « cela renforcerait le statut de professionnels de santé ».

 

Des chiffres qui confirment la nécessité d’une véritable remise à plat du diplôme d'opticien.

 

Le site de l’Opticien-Lunetier confirme également cette tendance : (sondage 2016)

 

sondage formation 3ans aof

 


 

 

Après le BTS, les Licences d’Optique et formations BAC+3.

 

Si l’Association des Optométristes de France milite pour le passage à BAC+3 de la formation initiale des opticiens, le niveau licence est déjà la norme pour nombre d’entre eux.

 

La première Licence était la Licence d’Optique Physiologique et d’Optométrie (LOPO, Orsay Paris-Sud).

 

Depuis 35 ans, l'Université Paris-Sud propose des formations en optométrie et forme plus de 1000 personnes par an :

A cela, se rajoute 6 autres diplômes de niveau Licence :

Au total, on dénombre en France 30 écoles qui préparent à un niveau licence, et 10 écoles qui préparent aux CQP Opti-Vision, avec des milliers de diplômés chaque année.


Une moitié des étudiants continue sa formation en licence d’optométrie après l’obtention de leur BTS OL, au global 67% des étudiants du BTS OL continuent des études post BTS. (Source Bien vu, dossier spécial Juin 2016, Le guide de l’emploi)


A quelques variantes près, la formation licence s’organise de la façon suivante :

      • - Optométrie : 200h
        Examen de vue complexe, étude fonctionnelle de la vision.
      • - Contactologie : 200h
        Adaptation des lentilles de contact LSH et LRPG, complications dues au port de lentilles.
      • - Enseignements complémentaires : 40h
        Sensibilisation aux urgences ophtalmiques / Basse Vision / Législation.
      • - Stages et Travail d’Etude et de Recherche.

La formation est répartie entre apprentissage théorique, analyse de cas et travaux pratiques. Les 2/3 des formations sont consacrées à des travaux pratiques ou des analyses de cas. Les élèves doivent également réaliser un travail d'études et de recherche, 120 heures de travail personnel tuteuré et un stage professionnel de 12 semaines pour les étudiants en formation initiale. Les étudiants ayant validé leur formation cumulent 180 ECTS.


Les diplômes, lorsqu’ils sont délivrés par des universités sont des diplômes d’Etat, et lorsqu’ils sont délivrés par des écoles privés sont enregistrés au RNCP. (Répertoire national des certifications professionnelles)

 

 


 

Après la licence, valider une formation de niveau master pour devenir Optométriste.

 

L’Association des Optométristes de France et les instances internationales reconnaissent comme Optométristes les professionnels ayant validé une formation de niveau Master. Le diplôme qui donne la qualification d'optométriste existe en France depuis vingt-cinq ans.

   

En 1991, a été créée la maîtrise en sciences de la vision (Maîtrise en Sciences et Techniques en Optique Physiologique, Optique de contact et Optométrie), remplacée en 2004 par le master en sciences de la vision qui sanctionne 5 années d'études après le baccalauréat.

    • - Un diplôme universitaire post licence est également délivré par l'Université de Nîmes :
    • DU de dépistage des pathologies oculaires

Après la licence, environ 400 étudiants suivent le master de la Faculté des Sciences d’Orsay, en initiale ou en alternance en 2 ans, 3 ans ou 4 ans. En Master 1, plus de 600 heures sont prévues, notamment en Dépistage en Santé Oculaire (200h), en Basse Vision (100 heures), en optométrie, en contactologie mais également dans des domaines scientifiques moins ciblés (neurosciences de la vision, aberrométrie, éclairagiste, colorimétrie). L'année suivante, 300 heures de formation sont proposées notamment en Sciences de la vision, optométrie pédiatrique, biologie, optique physique, vision binoculaire et toujours de l’optométrie et de la contactologie. L’objectif est de renforcer les connaissances pour qu'ils puissent prendre en charge des cas complexes en optométrie et en contactologie, ainsi qu’en dépistage.

 

INTERVIEW : RICHARD LEGRAS, RESPONSABLE DES FORMATIONS D'OPTOMÉTRIE À ORSAY, DÉTAILLE LES CURSUS LICENCE ET MASTER.


De son côté, l’Institut des Sciences de la Vision accueille chaque année environ 140 étudiants au niveau licence, et 160 étudiants sur les formations post licence. L'ISV est né en 2002, et travaille en partenariat étroit avec l'AOF et l'ECOO pour proposer un haut niveau de formation. La formation est réparti sur 6 unités de formations, divisés en plusieurs modules. L'ensemble représente 180 ECTS post BTS.

 

DECOUVREZ LES TEMOIGNAGES D' ETUDIANTS DE L'ISV FORMATION


On dénombre en France un peu plus de 3000 professionnels formés au niveau Master.


Avec quelques variantes, les formations de niveau master s’organisent de la façon suivante :

  • - Sciences de bases : 
    Biochimie / immunologie / virologie / microbiologie / physiologie cellulaire / génétique humaine.
    Optique physique / aberrométrie / neurophysiologie / psychophysique et éclairagisme.
  • - Dépistage en Santé Oculaire :
    Médecine générale / pharmacologie générale / anatomie oculaire / technique d’examen / pathologie oculaire / pharmacologie oculaire.
  • - Optométrie avancée :
  • Rappels d’optométrie / développement du système visuel / optométrie pédiatrique / strabisme et anomalie de la vision binoculaire / vision des couleurs / mouvements oculaires / vision, ergonomie et sport / entraînement visuo-moteur.
  • - Contactologie avancée :
  • LRPG toriques / lentilles sclérales / lentilles hybrides / équipements des dystrophies / équipements post-chirurgies réfractives / équipements de l'aphaque / orthokératologie avancée / topographie pratique / complications non communes.
  • - Basse vision :
  • Définition / épidémiologie / examens et traitements ophtalmologiques / évaluations fonctionnelles / aides optique et électronique / aides auxiliaires / nutrition / locomotion.

La formation est répartie entre apprentissage théorique, analyse de cas et travaux pratiques. La formation continue a été créée en 1997 à la demande des Syndicats d’Opticiens, et aujourd’hui la grande majorité des étudiants sont des professionnels en activité qui obtiennent leur master en formation continue.


Pour les étudiants en formation initiale, la première année est consacrée uniquement au cours avec des travaux pratiques. S'ensuit un stage de 6 mois dont au moins 2 mois doivent être réalisés en milieu médical, dans un hôpital, une clinique ou chez un ophtalmologiste... De leur côté, les étudiants en alternance partent entre 30 et 45 jours. Certains des étudiants font des stages à l'étranger que ce soit en Australie, au Canada ou dans des pays européens. 6 étudiants font chaque année leur Master 2 à Montréal dans le cadre d'un partenariat.


Un mémoire portant sur une étude expérimentale est obligatoire pour valider les diplômes. Ces enseignements sont dispensés par des ophtalmologistes, des médecins généralistes, des chercheurs du CNRS, des biologistes, des optométristes français et étrangers, ainsi que des orthoptistes.

 

Les étudiants ayant validé leur formation cumulent 300 ECTS.


Le Master délivré par l’état français permet d’obtenir des équivalences et d’intégrer les formations à l’étranger.

 


 

 

Faire reconnaître la formation d’Optométriste à l’échelle internationale : L’European Diploma in Optometry.

 

Un nombre croissant d’étudiants français en recherche de reconnaissance, ou qui souhaitent exercer plus librement à l’étranger choisissent de se présenter aux épreuves de l’European Diploma in Optometry délivré par l’European Council of Optometry and Optics (E.C.O.O.)

 

L'European Council of Optics and Optometry (ECOO) définit les compétences portées par l’Optométrie auprès des pays Européens. Ces compétences sont validées par le Diplôme Européen d'Optométrie qui a pour objectif d’assurer un niveau élevé et uniformisé des optométristes, aussi bien en matière de connaissances que de pratique. À terme, le but est de favoriser leur libre circulation dans les pays d'Europe où cette profession est reconnue.


Le diplôme européen permet l’installation et l’exercice de la profession d’optométriste dans l’ensemble des pays européens dans lesquels l’optométrie est règlementée.


La première étape consiste à valider les connaissances théoriques à travers des épreuves qui reprennent l’intégralité des connaissances abordés en BTS – Licence - Master, divisées en trois grands modules :

    • - Partie A : Optique et appareils optiques
    • Optique géométrique / optique physique / optique appliqué à l’œil / optiques instrumentales / optique professionnelle.
    • - Partie B : Enquête et prise en charge clinique
    • Vision et vieillissement / réfraction / basse vision / motilité oculaire et vision binoculaire / lentilles de contact / techniques d'investigation / optométrie pédiatrique / chirurgie réfractive.
    • - Partie C : Sciences Biologiques et Médicales
    • Perception visuelle / anatomie et histologie / neuroscience / physiologie et biochimie générale / microbiologie générale et immunologie / pharmacologie générale / pathologie et troubles médicaux généraux / épidémiologie et de bio-statistique / anatomie et physiologie oculaires / pharmacologie oculaire / pathologies oculaires.

Une fois les connaissances théoriques validées, les étudiants sont alors admis à présenter les épreuves pratiques du diplôme européen, qui ont lieu en Allemagne et aux Pays-Bas. Ils doivent alors démontrer qu’ils sont capables de réaliser les examens fonctionnels de la vision, d’adapter l’ensemble des dispositifs de compensations existants, et d’examiner toutes les structures d’un œil pour juger de sa normalité ou non, et de référer efficacement si nécessaire aux professionnels compétents dans un délai cohérent.

 

Les épreuves pratiques se décomposent de la façon suivant :

    • - Partie A :
    • Prise de mesure pour le centrage / modification de forme selon la morphologie du porteur, perçage et montage à la main / ajustage de la paire de lunettes à la morphologie du porteur / réalisation prismatique par décentrement sur ordonnance.
    • - Partie B :
    • Optométrie : cover test / motilités et évaluation d’une incomittance / phories dissociées / phories associées / skiascopie / réfraction subjective/ équilibre binoculaire / additions au près
    • Contactologie : évaluation à la lampe à fente / kératométrie / détermination de la première lentille / interprétation de l’adaptation / pose et retrait
    • - Partie C :
    • Examen à la lampe à fente / tonométrie à aplanation de Goldmann / ophtalmoscopie directe / ophtalmoscopie indirecte. (BFO) / Ophtalmoscopie binoculaire indirecte (BIO ou OIB) / histoire de cas / pupilles / premiers soins / études de cas.

Lorsque les épreuves sont réussies, le candidat doit alors détailler son expérience clinique, démontrer avoir examiné plusieurs milliers de patients et rendre des dizaines de cas qui feront l’objet d’une évaluation.

 

Les candidats français qui obtiennent le diplôme européen d’optométrie sont considérés comme ayant le meilleur niveau européen en optométrie, ce sont des professionnels de haut niveau, ils peuvent utiliser le titre d’Optometrist EurOptom.


Une majorité de ses professionnels sont tentés d’aller exercer plus librement à l’étranger, on ne peut que regretter cette fuite de nos optométristes les plus compétents, dans un contexte où les perspectives de l’accès au soin sont catastrophiques.

 

 

Revivez la cérémonie de remise des diplômes aux étudiants français, Barcelone, Mai 2017  :

DEO

 


 

 

Et les doctorats ?

 

Les étudiants issus du master peuvent obtenir en France des doctorats de recherche dans les domaines de l’Optométrie et des Sciences de la Vision.

 

DÉCOUVREZ LE PARCOURS D'UN DOCTORANT EN OPTOMÉTRIE ET SCIENCES DE LA VISION


L’optique française est une filière d’excellence. Depuis 2002 est développée une activité de recherche unique en France dans le domaine de l’optométrie. Ils sont les seuls à utiliser de l’optique adaptative pour étudier la fonction visuelle et la perception visuelle. Le centre de recherche accueille des optométristes Master 2 Sciences de la vision et des internes en ophtalmologie. Les industriels comme Johnson&Johnson, Essilor, Sagem ou Imagine Eyes investissent sur les projets de développement.


Les applications sont par exemple l'optimisation d'optiques multifocales, destinées à la correction de la presbytie, l’imagerie en ophtalmologie, ou l’optimisation de la chirurgie réfractive, en partenariat avec la fondation Rothschild.

 

INTERVIEW : LA RECHERCHE EN OPTOMÉTRIE, AU CŒUR DE L'ACTIVITÉ DU LABORATOIRE À ORSAY

 

Les optométristes francais peuvent également rejoindre des doctorats cliniques à l’étranger, classiquement celui de Boston et celui de Montréal.

 

 

 

 

 

 

Facebook     Twitter