Facebook

Twitter

 
 
 

      Facebook AOF - Association des Optométristes de France   Twitter AOF - Association des Optométristes de France

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>
Taille du texte: +

VERS UNE SÉPARATION ENTRE PRESCRIPTION ET VENTE (1/2)

foyd1

 

À l'occasion du 35ème congrès d'optométrie et de contactologie, rencontre avec Yannick Dyant, le président de l'Association des Optométristes de France.

 

Interview vidéo en partenariat avec Fréquence Optic.

 

Yannick Dyant, le président de l'Association des Optométristes de France, évoque ce scénario pour lever les blocages qui perdurent avec les ophtalmologistes sur le débat, polémique, entre prescription et vente.

 

C'est peut-être "le" grand tournant pris par l'Association des Optométristes de France. Hier, en clôture du 35e Congrès d’optométrie et de contactologie, Yannick Dyant, le président de l'AOF, a fait un pas en direction des ophtalmologistes qui pourrait être décisif. Puisque la prescription-vente cristallise historiquement l'opposition des ophtalmologistes, le représentant de l'AOF évoque la possibilité de "renoncer à la délivrance" des équipements pour donner une chance aux optométristes d'être pleinement reconnus en France.

 

De fait, récemment encore, lors des États Généraux de la Santé Visuelle, le Syndicat national des Ophtalmologistes de France a rappelé son opposition de principe au cumul, par les optométristes, de la prescription et de la vente. C'est un verrou que, depuis toujours, les ophtalmos ne veulent pas voir lever. Sur la base de ce renoncement à la vente, la prise de position de Yannick Dyant hier laisse donc entrevoir une possible convergence règlementaire entre les deux professions.

 

Convergence qui, a-t-il annoncé, sera bientôt mise en débat avec des propositions concrètes en cours d'élaboration. Concession pour les uns, avancée pour les autres, cette nouvelle approche du débat sur la règlementation de l'optométrie en France est peut-être, surtout, une leçon de pragmatisme pour débloquer une situation de statu quo qui persiste depuis des années entre opticiens-optométristes et médecins.

 

Facebook     Twitter